Qu’est-ce qu’on mange ? Ouvrir un restaurant bio

 

 

Lorsque je tenais ma petite épicerie bio dans Montmartre, une des questions de client les plus récurrentes était :

– Qu’est-ce que je vais leur faire ce soir ?

Souvent cette interrogation était précédée d’un long soupir et d’un regard abattu en direction de l’étale de fruits et légumes.

Parfois je m’amusais à compter le nombre de fois où j’entendais cela : “Sophie vous êtes la sixième ce soir !” Je le faisais exprès ça les rassuraient. Ensuite, je tentais de répondre à ce cri d’alerte. Mon rôle consistait alors à trouver l’idée de repas qui satisferait le fils de 5 ans, l’ado de 14 ans et le père. La mère, elle s’adapterait….

Cette liberté de choix, ici vécue comme un fardeau, n’est pas le seul apanage de la mère de famille.

Nous sommes tous, tous les jours confrontés à cette réalité :

-“Hey Julien, fast-food ou salade bar bio pour la pause déjeuner ?”

Et bien il y a plusieurs solutions :

La première, manger la même chose tous les jours. La deuxième suivre son instinct.

Je m’explique ; on ritualise le repas et l’on s’impose des normes sociales qui nous poussent souvent à manger plus ou dans des conditions peu favorables.

-“Il est midi, à table !”, Entrée, plat, fromage et dessert, dans l’ordre et un café pour digérer tout ça !

L’idée serait, de se poser la question, est-ce que j’ai faim ? Qu’est-ce mon corps me réclame ?

À l’inverse de; Qu’est-ce j’ai dans le frigo, ou c’est quoi le plat du jour? Parce que quand le choix précède l’identification du besoin, on perturbe nos sensations alimentaires.

Ensuite, une fois que l’on a une piste, on peut la creuser.

_”heuuum, j’ai froid, je ressens le besoin d’un truc réconfortant comme une soupe.”

Ou bien

_” Je suis dans un délire de poisson en ce moment !”

Pourquoi le contrarier sous prétexte qu’il faut varier les plaisirs. Bon si c’est un délire de foie gras, je vous conseillerais de lever le pied quand même. Vous voyez ou je veux en venir, ça passe par le corps, et ensuite par le cerveau.

 

C’est pas facile je vous l’accorde, on est pas à l’abri de se faire corrompre par une odeur de boulangerie ou de pizzeria alors que notre estomac se contenterait d’un mini jeûne, (après le diner de chez mamie Fourneaux !).

 

Alors si vous ne savez toujours pas où aller déjeuner, tentez un lieu éclectique comme un bar à salades green is better, une soupe, une salade, du poisson ou juste un jus.

Un lieu où l’on compose et décompose son menu au rythme de ses besoins et envies.

Ou mieux !  Devenez un membre de la communauté green is better – Ouvrir un bar à salades en franchise  Saladbar bio en franchise rien de plus facile !

Cliquez sur ce lien .. !  www.greenisbetter.fr

 

Laisser un commentaire